Mémoire et retrouvailles Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George Clooney, un portrait de femme délicat, et bien d’autres films à découvrir.
Ticket to Paradise 5 comédies qui célèbrent le divorce
Mercredi sort en salles Ticket to Paradise d’Ol Parker, qui fait de Julia Roberts et George Clooney un couple divorcé réunis malgré-eux par le destin… Pour l’occasion, on avait envie de revenir sur cinq films qui traitent, chacun à leur manière, du divorce et de la séparation.
Mascarade Le thriller de Nicolas Bedos se précise
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Novembre Entretien avec Cédric Jimenez
Après l’immense succès de BAC Nord, Cédric Jimenez confirme son statut d’égérie du cinéma d’action français avec un sujet risqué : les attentats qui ont ébranlé Paris en novembre 2015. Il impressionne encore par sa maîtrise de la tension et parvient à un résultat d’une grande dignité. 
The Bikeriders Une star de The Walking Dead au casting
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
La Conspiration du Caire Une bande-annonce sous tension
Le nouveau thriller politique de Tarik Saleh (Le Caire Confidentiel), récompensé du Prix du Scénario à Cannes, sort en salles le 26 octobre prochain.
L'Origine du mal Entretien avec Sébastien Marnier
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabrolien et au casting de feu, dynamitant au passage les fondements de la famille. On l’a rencontré afin qu’il nous livre quelques-uns de ses secrets de cinéma.
Un beau matin Touchée par la grâce
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliquescence de son père et son histoire d’amour naissante.
Yórgos Lánthimos And…action !
Après Mise à mort du cerf sacré (2017) et La Favorite (2018), le réalisateur grec s’entoure une nouvelle fois d’un casting d’exception pour les besoins de son prochain film.
Fumer fait tousser Le sentai de Quentin Dupieux se dévoile
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japonaises, se révèle dans une première bande-annonce qui intrigue.
Boucle temporelle Jeudi soirée culte chez UGC
(Re)découvrez quelques-uns des films qui ont marqué l’histoire du cinéma grâce aux séances UGC Culte ! Au programme des séances d’octobre : l’un des meilleurs opus de la saga James Bond et une comédie existentielle portée par le génial Bill Murray.
The Woman King Afro Amazones
Qui n’a jamais rêvé Viola Davis en guerrière sanguinaire ? C’est le cas dans ce film furieusement afroféministe, qui entérine le retour triomphal de la blaxploitation et exhume l’histoire d’une armée féminine ayant réellement existé en Afrique de l’Ouest.
Octobre cultissime Dimanche soirée culte chez UGC
(Re)découvrez quelques-uns des films qui ont marqué l’histoire du cinéma grâce aux séances UGC Culte ! Au programme des séances d’octobre : un road-movie familial, un chef d’œuvre de science-fiction, une comédie fantastique débridée, une épopée spatiale poignante et un conte philosophique à la puissance visuelle indéniable.
Le Nouveau Jouet Drôle de remake
James Huth remet au goût du jour un classique de la comédie française, dans lequel Jamel Debbouze (Citoyen d’honneur) et Daniel Auteuil (La Belle Époque) succèdent aux incomparables Pierre Richard (La Chèvre) et Michel Bouquet (La mariée était en noir).
Le Sixième enfant Rencontre avec Sara Giraudeau
Déjà à l’affiche de La Page blanche récemment, la gracile Sara Giraudeau – du nom de son illustre père Bernard – réaffirme ses talents dans Le Sixième enfant, un thriller qui ausculte la maternité sous un angle social. Entretien avec l’actrice, qui irradie ce film âpre de son étrangeté naturelle.
L'Origine du mal
Entretien avec Sébastien Marnier
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabro...
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabro...
Il y a 12 heures Cette semaine
Mascarade
Le thriller de Nicolas Bedos se précise
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Il y a 13 heures Coulisses
The Bikeriders
Une star de The Walking Dead au casting
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
Il y a 19 heures Coulisses
Un beau matin
Touchée par la grâce
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliq...
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliq...
Il y a 1 jour Cette semaine
Mémoire et retrouvailles
Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George...
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George...
Il y a 1 jour Cette semaine
Fumer fait tousser
Le sentai de Quentin Dupieux se dévoile
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japon...
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japon...
Il y a 1 jour Coulisses

Ténor
Entretien avec la révélation MB14

Connu du grand public via son incroyable prestation dans l’émission The Voice, Mohamed Belkhir alias MB14 a fait de sa voix un véritable instrument ; adepte du beatbox, il s’est affirmé comme un chanteur surdoué capable de varier les registres avec une grande dextérité. Son rôle poignant dans Ténor combine ses précieux talents et fait la part belle à son jeu d’acteur. Une étoile est née.

Connu du grand public via son incroyable prestation dans l’émission The Voice, Mohamed Belkhir alias MB14 a fait de sa voix un véritable instrument ; adepte du beatbox, il s’est affirmé comme un chanteur surdoué capable de varier les registres avec une grande dextérité. Son rôle poignant dans Ténor combine ses précieux talents et fait la part belle à son jeu d’acteur. Une étoile est née.

Ténor - Entretien avec la révélation MB14

Fils de l’illustre réalisateur Claude Zidi (L’Aile ou la cuisse), Claude Zidi Jr. signe avec Ténor son premier long métrage et donne à voir la rencontre explosive entre deux univers musicaux : le rap et le chant lyrique. Le tout à travers l’histoire d’Antoine (MB14), qui partage son temps entre sa passion pour les battles de rap et son job de livreur de sushis. Lors d’une course à l’opéra, il répond en chantant à la provocation d’un élève et se fait remarquer par Mme Loyseau (Michèle Laroque), une professeure de chant à la personnalité atypique…

VOUS ÊTES ARRIVÉ TRÈS TÔT SUR LE PROJET ; COMMENT CELA S’EST-IL PASSÉ ET QU’EST-CE QUI VOUS A SÉDUIT DANS LE FILM ?

Cela fait déjà 6 ans que j’ai rencontré le réalisateur Claude Zidi Jr. et le producteur Raphaël Benoliel. On a fait les premiers essais en 2017, puis il y a eu 4 ans d’attente avant que le film n’aboutisse. Cela fait 6 ans aussi que je suis tombé amoureux du projet, qui me parle intimement puisque je pratique le beatbox ainsi que toutes les formes de chant – du rap au chant lyrique. La proposition artistique m’a immédiatement séduit !

TÉNOR MONTRE BIEN À QUEL POINT VOUS SAVEZ TOUT FAIRE : VOUS RAPPEZ, VOUS CHANTEZ L’OPÉRA, VOUS JOUEZ LA COMÉDIE… QU’EST-CE QUI A ÉTÉ LE PLUS DIFFICILE ?

J’ai fait du théâtre au lycée pendant 4 ans environ, et j’attendais de pouvoir jouer la comédie depuis très longtemps. C’est la musique qui m’a amené à Ténor ! Même si j’avais quelques notions de chant lyrique avant ce film et que je pratiquais des empilements de voix comme sur ma reprise de Gangsta Paradise [celle qu’il a performée à l’occasion du télécrochet The Voice, ndlr], rien n’aurait été possible sans la chanteuse lyrique et coach vocale Caroline Fèvre. C’est elle qui m’a fait travailler d’arrache-pied sur le placement du larynx, le diaphragme, les cordes vocales, le positionnement de la langue, etc. Pouvoir chanter devant une salle sans aucun micro requiert une vraie technique.

LE POUVOIR DU FILM EST D’ATTISER NOTRE CURIOSITÉ VIS-À-VIS DE L’OPÉRA MALGRÉ QU’ON N’Y CONNAISSE RIEN. C’EST AUSSI CE QU’IL S’EST PASSÉ POUR VOUS ?

Totalement ! Le film m’a fait me découvrir une passion car, depuis, j’écoute du chant lyrique tous les jours. Il faut bien distinguer « chant lyrique » et opéra, même s’ils sont souvent associés ; le premier est vraiment une technique vocale, née bien avant le style de représentation théâtrale qui est l’opéra. En tout cas, je suis fier si le film contribue à les populariser.

ON SENT QUE CLAUDE ZIDI JR. A UN VRAI DÉSIR DE CINEMA, D’AUTANT PLUS QU’IL TRAVAILLE SUR LE PROJET DEPUIS 10 ANS…

Claude [Zidi Jr.] a eu l’idée du film il y a effectivement 10 ans ; il raconte qu’à Saint-Ouen, il est tombé sur des jeunes en jogging qui dansaient le rockabilly à un feu rouge. L’idée du contraste musical est venue de cette façon mais, entre les phases d’écriture et la recherche de producteurs, plusieurs années se sont écoulées. Je me dis que cela valait le coup tant son histoire est magnifique. C’est bien le fils de son père, Claude Zidi, qui est l’un des plus grands cinéastes français ; il a donc passé son enfance sur les plateaux de tournage, ce qui lui a conféré un œil de lynx en la matière. D’autant plus qu’il est hyper-mnésique ; un vrai disque dur ! (Rires.) Il mémorise tous les plans des films qu’il voit.

COMMENT LA COLLABORATION AVEC LUI S’EST-ELLE DEROULÉE ?

 Bien qu’il fasse partie d’une grande famille de cinéma, Claude est un réalisateur très humble. Il est ouvert aux suggestions, y compris de la part des acteurs ; nous pouvions ajuster les dialogues. Tant que l’intention de la scène était là, je pouvais par exemple m’inspirer davantage de l’argot des jeunes. Lui qui ne vient pas de la banlieue, je pense qu’il a apprécié que j’insuffle une part d’authenticité au personnage d’Antoine.

ET AVEC MICHÈLE LAROQUE ?

 Pareil : elle est d’une bienveillance folle ! On entend parfois des choses sur les comédiens qui ont de la bouteille, mais Michèle [Laroque] s’est comportée comme un ange avec moi. Elle est drôle, généreuse, inspirante et surtout très appliquée dans son travail. La complicité s’est créée naturellement, et ce dès le premier jour de tournage puisqu’on a démarré illico à l’opéra Garnier. On était en plan séquence avec Michèle et le ténor Roberto Alagna, à même le plateau de l’opéra ; il y avait toute l’équipe de StudioCanal, etc. Tout était réuni pour faire monter le stress, mais Michèle ne m’a pas lâché et m’a donné de précieux conseils. On a développé une vraie amitié depuis.

COMMENT SE SONT TOURNÉES LES IMPRESSIONNANTES SCÈNES DE BATTLE DE RAP ?

 Ces scènes ont été tournées dans une salle de boxe transformée en maison des jeunes et de la culture ; c’était une super ambiance, il y avait des centaines de figurants et un rappeur nommé Emkal pour me donner la réplique. J’ai tout réalisé moi-même : j’ai écrit le texte quelques semaines avant le tournage et j’ai fabriqué l’instru sur mon ordinateur. Même si j’ai beaucoup pratiqué le rap dans ma jeunesse, je n’avais jamais osé m’inscrire à une battle… c’était donc une super occasion ! (Rires.) Ce rôle est un vrai cadeau du ciel, et c’est vrai que j’aurais plus du mal à m’approprier un personnage sans pouvoir y mettre ma patte artistique. C’est aussi ce qui m’effraie dans le cinéma, bien que ce soit mon grand rêve de gosse.

LE FILM A AUSSI UN VRAI PROPOS SOCIAL, CAR L’OPÉRA EST UN ART SOUVENT QUALIFIÉ D’ÉLITISTE ET DONC INACCESSIBLE A CERTAINES FRANGES DE LA POPULATION…

 Disons que socialement, les classes les plus aisées sont celles qui ont les moyens d’acheter un violon, un piano ou une contrebasse à leurs enfants. C’est un phénomène de reproduction sociale : les enfants transmettent ce qu’ils ont appris à leurs propres enfants et ainsi de suite. Mais il faut savoir que l’opéra est désormais accessible à tous : sur YouTube, certains sont disponibles gratuitement. Tout le monde peut écouter de la musique classique, donc est-ce qu’on peut encore dire que l’opéra est réservé à une élite ? Je pense que c’est malheureusement un cliché qui subsiste et qui met des barrières, car on peut se rendre à l’opéra pour une trentaine d’euros aujourd’hui. C’est le prix d’un concert classique.

TÉNOR RAPPELLE LE DOCUMENTAIRE LA MORT DE DANTON D’ALICE DIOP (2011), SUR UN HOMME DES QUARTIERS POPULAIRES QUI RÊVE DE FAIRE DU THÉÂTRE CLASSIQUE. PAR PEUR OU PAR HONTE, IL NE RÉVÈLE À PERSONNE QU’IL PREND DES COURS…

 Le film dit que si tu es bon, il n’y a aucune raison que tu n’atteignes pas les étoiles. Après, soyons honnêtes : peu de gens dans les cités s’intéressent au chant lyrique. Personnellement, ma famille ne vient pas de ce milieu mais je me souviens que certains camarades de classe prenaient des cours de musique classique au Conservatoire. Très tôt, j’ai donc réalisé : « Tiens, il n’y a pas que le rap dans la vie ! » Quand j’ai fait du beatbox, beaucoup m’ont dit que cela ne me mènerait nulle part ; si je les avais écoutés, je ne serais pas allé loin. Je sais que c’est très difficile et qu’on préfère parfois mettre la vérité de côté, mais il faut trouver la force de caractère pour affirmer ses choix.

Visuels de couverture & illustration : MB14 & Michèle Laroque – Ténor | Copyright David Koskas / StudioCanal

Ténor
En salles le
04 mai 2022