Histoires extraordinaires Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 10 août : un clash en milieu scolaire, le nouvel opus des aventures du pirate Monkey D. Luffy et un curieuse menace extraterrestre…
Sam Mendes Après la guerre, l’amour
Le réalisateur de Skyfall (2012) et 1917 (2020) revient à ses premiers amours avec Empire of Light, un film romantique qui célèbre la puissance du cinéma.
Chronique d'une liaison passagère Une bande-annonce romantique
La comédie romantique d’Emmanuel Mouret (Les choses dit, les choses qu’on fait), en salles le 14 septembre, se dévoile dans une bande-annonce pleine de légèreté.
Nope Un terrifiant western galactique
Le réalisateur afro-américain Jordan Peele (Get Out) fait fort avec ce film de science-fiction inclassable, entre western crépusculaire et invasion extraterrestre. Le film bat actuellement des records d’entrées aux États-Unis, où il s’est hissé à la première place du podium dès son premier week-end en salles.
La Très très grande classe Rencontre avec Melha Bedia
Humoriste au début de carrière prometteur, Melha Bedia a de qui tenir puisqu’elle est la sœur de l’illustre Ramzy. Révélée sur scène puis au cinéma dans des projets personnels (Forte), cette nouvelle figure de la comédie à la française impose son talent dans La Très très grande classe, un film où elle varie les registres avec brio. 
Une bonne dose de rires À la rentrée chez UGC
Après l’été et son florilège de films rafraîchissants, la rentrée cinéma se dessine d’ores et déjà avec des films particulièrement attendus, et dans tous les registres. Pour vous aider à y voir plus clair, voici une sélection de 11 films parmi les plus prometteurs de la rentrée. À vos agendas !
Oscars 2023 Decision to leave représentera la Corée du Sud
Le long-métrage de Park Chan-wook (Mademoiselle), toujours en salles, explore la relation entre un inspecteur de police et la suspecte d’une affaire de meurtre.
Trois mille ans à t'attendre Une épopée de génie
Le retour tant attendu de George Miller, absent des écrans depuis la sortie de Mad Max : Fury Road en 2015, est proche ! Au programme : mystères, légendes et une inventivité visuelle toujours au rendez-vous.
Tout le monde aime Jeanne Une bande-annonce décalée
La comédie pas comme les autres de Céline Devaux, avec Blanche Gardin et Laurent Lafitte, s’offre une première bande-annonce fantasque. En salles dès le 7 septembre !
Ethan Coen Des nouvelles de son prochain film
Après cinq ans d’absence, Ethan Coen reprend du service derrière la caméra pour son premier long-métrage en solo. Au programme ? Une star de Once Upon a Time in Hollywood au casting, et une intrigue mystérieuse…
Jeanne du Barry Ça tourne pour Maïwenn
La réalisatrice de Mon Roi (2015) et Johnny Depp seront les têtes d’affiche de ce film historique, dont le tournage vient tout juste de débuter à Paris.
Le Menu Une exquise bande-annonce
Le nouveau long-métrage du réalisateur Mark Mylod (Succession, Game of Thrones), en salles le 23 novembre prochain, se dévoile dans une généreuse bande-annonce. On en redemande !
Trois mille ans à t'attendre
Une épopée de génie
Le retour tant attendu de George Miller, absent des écrans depuis la sortie de Mad Max : Fury Road en 2015, est proche ! Au programme : mystères, légendes et une inventivit...
Le retour tant attendu de George Miller, absent des écrans depuis la sortie de Mad Max : Fury Road en 2015, est proche ! Au programme : mystères, légendes et une inventivit...
Il y a 1 jour Coulisses
Chronique d'une liaison passagère
Une bande-annonce romantique
La comédie romantique d’Emmanuel Mouret (Les choses dit, les choses qu’on fait), en salles le 14 septembre, se dévoile dans une bande-annonce pleine de légèreté.
La comédie romantique d’Emmanuel Mouret (Les choses dit, les choses qu’on fait), en salles le 14 septembre, se dévoile dans une bande-annonce pleine de légèreté.
Il y a 1 jour Coulisses
Oscars 2023
Decision to leave représentera la Corée du Sud
Le long-métrage de Park Chan-wook (Mademoiselle), toujours en salles, explore la relation entre un inspecteur de police et la suspecte d’une affaire de meurtre.
Le long-métrage de Park Chan-wook (Mademoiselle), toujours en salles, explore la relation entre un inspecteur de police et la suspecte d’une affaire de meurtre.
Il y a 1 jour Toujours à l'affiche
Jeanne du Barry
Ça tourne pour Maïwenn
La réalisatrice de Mon Roi (2015) et Johnny Depp seront les têtes d’affiche de ce film historique, dont le tournage vient tout juste de débuter à Paris.
La réalisatrice de Mon Roi (2015) et Johnny Depp seront les têtes d’affiche de ce film historique, dont le tournage vient tout juste de débuter à Paris.
Il y a 2 jours Coulisses
Sam Mendes
Après la guerre, l’amour
Le réalisateur de Skyfall (2012) et 1917 (2020) revient à ses premiers amours avec Empire of Light, un film romantique qui célèbre la puissance du cinéma.
Le réalisateur de Skyfall (2012) et 1917 (2020) revient à ses premiers amours avec Empire of Light, un film romantique qui célèbre la puissance du cinéma.
Il y a 2 jours Coulisses
Le Menu
Une exquise bande-annonce
Le nouveau long-métrage du réalisateur Mark Mylod (Succession, Game of Thrones), en salles le 23 novembre prochain, se dévoile dans une généreuse bande-annonce. On en redem...
Le nouveau long-métrage du réalisateur Mark Mylod (Succession, Game of Thrones), en salles le 23 novembre prochain, se dévoile dans une généreuse bande-annonce. On en redem...
Il y a 2 jours Coulisses

Rifkin's Festival
Retour en grâce pour Woody Allen

L’inimitable Woody Allen (Manhattan, Match Point) revient avec une comédie romantique tournée sous le soleil du Festival international du film de San Sebastián. L’occasion rêvée de rendre hommage aux films qui l’ont nourri, le long d’une carrière impressionnante de longévité.

L’inimitable Woody Allen (Manhattan, Match Point) revient avec une comédie romantique tournée sous le soleil du Festival international du film de San Sebastián. L’occasion rêvée de rendre hommage aux films qui l’ont nourri, le long d’une carrière impressionnante de longévité.

Rifkin's Festival - Retour en grâce pour Woody Allen

Un couple d’Américains – campés par Wallace Shawn et Gina Gershon – se rend au Festival du film de San Sebastián ; abîmé par le temps, leur histoire d’amour est au bord de la rupture et chacun vaque ainsi à ses occupations. L’une tombe sous le charme d’un célèbre réalisateur français (Louis Garrel) quand l’autre succombe devant une médecin espagnole (Elena Anaya). Et chacun de voir son idylle redoublée par des scènes iconiques du cinéma…

Woody Allen nous avait laissés en 2019 avec le fantastique Un jour de pluie à New York, centré sur les romances entrecroisées d’un couple de jeunes étudiants séparé par la pluie new-yorkaise. Le nouveau cru du légendaire réalisateur, adepte des comédies de mœurs et considéré comme l’un des plus prolifiques du cinéma américain, n’est pas si éloigné puisqu’il conte l’errance parallèle d’un couple tenté par l’adultère. De quoi confirmer que le cinéaste revient à son domaine de prédilection, à savoir les égarements amoureux sur fond d’humour acide, pour achever sa carrière en beauté.

Pari réussi : Rifkin’s Festival est un petit bijou en la matière, son écriture enlevée se conjuguant à un hommage au cinéma qui l’a forgé (s’y entrecroisent des pastiches de films d’Orson Welles, Ingmar Bergman ou encore Jean-Luc Godard) et plus particulièrement à ses chassés-croisés sentimentaux. Rythmé d’interludes qui matérialisent les rêveries du héros, Mort Rifkin, le film envisage ainsi le Festival de San Sebastián comme une thérapie de couple endiablée.

UNE PÉTILLANTE ÉCHAPPÉE

Cet événement réel, version caliente du Festival de Cannes, est aussi le lieu de toutes les tentations ; Mort (cela ne s’invente pas) trouve du réconfort auprès d’une jeune espagnole qui le guérit de sa dépression artistique, quand sa femme Sue préfère s’oublier dans les bras d’un réalisateur renommé. C’est que Woody Allen semble avoir mis beaucoup de lui dans son héros flegmatique, un intellectuel un peu ingrat voyant son heure – et celle de son couple, puis de ses ambitions – arriver.

Avec un délicieux cynisme, il se moque aussi d’un cinéma moderne qu’il juge terne et nombriliste ; lui préfère s’échapper avec ses personnages, que ce soit dans l’histoire du cinéma et de ses chefs-d’œuvre ou dans des rencontres fortuites qu’il ne se lasse pas de fantasmer – et nous non plus. On y retrouve enfin la créativité narrative et le charme désuet inhérent au cinéaste, couplés au talent de formidables interprètes et d’une flamboyante lumière signée du grand chef opérateur Vittorio Storaro.

Visuels de couverture & illustration : Louis Garrel, Gina Gershon, Wallace Shawn – Rifkin’s Festival | Copyright 2020 The Media Pro Studio, Gravier Productions, Inc, and Wildside S.L.R.

Rifkin's Festival
En salles le
13 juillet 2022