Destins croisés Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 21 septembre : un portrait de femme sensible et touchant, le film culte de James Cameron, un thriller féministe rageur, un hommage psychédélique à David Bowie, et bien d’autres films à découvrir !
Avatar Quand le cinéma crée des planètes
À l’occasion de la sortie du second volet de la saga Avatar le 14 décembre prochain, le film culte de James Cameron est de retour en salles dès ce mercredi 21 septembre. En hommage à la merveilleuse planète Pandora, on vous propose un classement de nos cinq planètes de cinéma préférées. 
Les Enfants des autres Rencontre avec Rebecca Zlotowski
Après avoir brillé dans Revoir Paris (cf. notre entretien), Virginie Efira illumine à nouveau la rentrée dans le nouveau film de Rebecca Zlotowski (Planetarium, Une fille facile), connue pour la richesse et la sensualité de ses héroïnes. L’occasion rêvée pour s’entretenir avec l’une des esthètes du cinéma d’auteur français.
Don't Worry Darling Une furieuse dystopie féministe
Porté par les stars Harry Styles et Florence Pugh, sous le feu des rumeurs les plus folles depuis sa présentation à Venise, le second film d’Olivia Wilde est aussi un thriller féministe et rageur aux nombreuses références.
Les Secrets de mon père L’horreur et la tendresse
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont elle se fait la sublime dépositaire.
Novembre Dans les coulisses de l’horreur
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière inspirée par les événements du 13 novembre.
David Cronenberg The Shrouds se dévoile
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The Shrouds.
The Bastard Un nouveau rôle pour Mads Mikkelsen
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
Couleurs de l'incendie Clovis Cornillac à la barre
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
Knock at the Cabin Le maître du twist a encore frappé
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Une belle course Line Renaud dans le rétro
Le réalisateur Christian Carion (Joyeux Noël) offre à Line Renaud le rôle de sa vie et sublime son amitié indéfectible avec Dany Boon, le tout dans un mélo qui sonde ces histoires intimes nichées dans les rues parisiennes.
Moonage Daydream Bowie sous toutes les coutures
Quand l’univers musical de David Bowie rencontre les possibilités du cinéma, cela donne un « rockumentaire » d’anthologie en forme d’hommage arty à l’un des plus grands artistes du XXe siècle.
Couleurs de l'incendie
Clovis Cornillac à la barre
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
Il y a 2 jours Coulisses
Novembre
Dans les coulisses de l’horreur
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière ...
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière ...
Il y a 2 jours Coulisses
The Bastard
Un nouveau rôle pour Mads Mikkelsen
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
Il y a 2 jours Coulisses
Les Secrets de mon père
L’horreur et la tendresse
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont...
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont...
Il y a 3 jours Cette semaine
Knock at the Cabin
Le maître du twist a encore frappé
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Il y a 3 jours Coulisses
David Cronenberg
The Shrouds se dévoile
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The ...
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The ...
Il y a 3 jours Coulisses

No Country for Old Men
Une sanglante chasse à l’homme

Course contre la montre dans l’Ouest américain, No Country for Old Men est un détonant mélange de tension, d’humour noir et de mélancolie. Sans compter un casting flamboyant ainsi qu’une mise en scène remarquable d’intensité. Un condensé des frères Coen au meilleur, en somme.

UGC Culte

Course contre la montre dans l’Ouest américain, No Country for Old Men est un détonant mélange de tension, d’humour noir et de mélancolie. Sans compter un casting flamboyant ainsi qu’une mise en scène remarquable d’intensité. Un condensé des frères Coen au meilleur, en somme.

No Country for Old Men - Une sanglante chasse à l'homme

Pas étonnant qu’après plusieurs comédies, ce retour au film noir – leur terrain de prédilection depuis leur premier film, Blood Simple (1984) – ait valu aux frères Coen quatre Oscars en 2008 : meilleur film, meilleur(s) réalisateur(s), meilleur second rôle pour Javier Bardem, qui compose ici un méchant d’anthologie, et meilleure adaptation.

Initié par le producteur Scott Rudin, le douzième film des frères Coen est d’ailleurs leur première adaptation. Celle d’un roman funèbre et déchirant de Cormac McCarthy, grand peintre de la mythologie américaine. Mais les frères Coen ont su s’approprier, sans aucune difficulté, cette histoire de loser qui se retrouve en possession d’une mallette contenant 2 millions de dollars. Ce dernier est alors traqué du Texas au Mexique par un tueur à gages qui veut récupérer l’argent et par un vieux shérif qui, tout en pleurant sur son pays qu’il ne reconnaît plus, espère encore que le Bien l’emporte sur le Mal.

À l’aise avec ces personnages, qu’ils auraient pu inventer, comme avec la violence crue venue du fond des âges qui régit leurs rapports, les frères Coen fusionnent les genres avec ce mélange de cynisme, d’humour et de lucidité qui leur est propre. Et signent tout simplement, entre thriller, film noir, western et road movie, un grand œuvre où l’angoisse se dispute avec l’absurde et le grotesque avec la mélancolie. La réussite de No Country for Old Men tient bien sûr à la virtuosité de la mise en scène (on n’est pas prêt d’oublier le duel de l’hôtel !), à ce sens du rythme si particulier (les cinéastes ne craignant pas d’étirer le temps pour mieux l’accélérer soudain), à la beauté et à la force des images (signées par Roger Deakins, un de leurs grands complices depuis Barton Fink), et bien sûr à son casting aussi inattendu qu’éblouissant.

Si Woody Harrelson est comme chez lui dans cet univers qui ne craint pas les excès, on redécouvre Josh Brolin sous les traits d’un cow-boy sympathique bien déterminé à ne pas lâcher son magot. Les cinéastes ne pouvaient trouver mieux que Tommy Lee Jones, dont la voix rauque et profonde mène le récit, pour incarner le vieux shérif désabusé, « vestige d’une époque révolue » qui sera bien obligé d’admettre qu’il n’y a effectivement plus de pays pour les vieux comme lui. Mais le clou du spectacle, c’est bien sûr Javier Bardem. Improbable coupe au bol, pistolet destiné aux animaux d’abattoir à la main, parfois terrifiant et drôle dans la même scène et vivant les meurtres comme autant d’orgasmes, il est l’ange ou plutôt le diable exterminateur. Sa composition est hallucinante et frôle le génie. Il est à l’image du film tout entier : jubilatoire et glaçant à la fois.

A voir ou revoir dans les cinémas UGC les 17 et 24 mars.

No Country for Old Men
En salles le
23 janvier 2008