Histoires extraordinaires Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 10 août : un clash en milieu scolaire, le nouvel opus des aventures du pirate Monkey D. Luffy et un curieuse menace extraterrestre…
Sam Mendes Après la guerre, l’amour
Le réalisateur de Skyfall (2012) et 1917 (2020) revient à ses premiers amours avec Empire of Light, un film romantique qui célèbre la puissance du cinéma.
Chronique d'une liaison passagère Une bande-annonce romantique
La comédie romantique d’Emmanuel Mouret (Les choses dit, les choses qu’on fait), en salles le 14 septembre, se dévoile dans une bande-annonce pleine de légèreté.
Nope Un terrifiant western galactique
Le réalisateur afro-américain Jordan Peele (Get Out) fait fort avec ce film de science-fiction inclassable, entre western crépusculaire et invasion extraterrestre. Le film bat actuellement des records d’entrées aux États-Unis, où il s’est hissé à la première place du podium dès son premier week-end en salles.
La Très très grande classe Rencontre avec Melha Bedia
Humoriste au début de carrière prometteur, Melha Bedia a de qui tenir puisqu’elle est la sœur de l’illustre Ramzy. Révélée sur scène puis au cinéma dans des projets personnels (Forte), cette nouvelle figure de la comédie à la française impose son talent dans La Très très grande classe, un film où elle varie les registres avec brio. 
Une bonne dose de rires À la rentrée chez UGC
Après l’été et son florilège de films rafraîchissants, la rentrée cinéma se dessine d’ores et déjà avec des films particulièrement attendus, et dans tous les registres. Pour vous aider à y voir plus clair, voici une sélection de 11 films parmi les plus prometteurs de la rentrée. À vos agendas !
Oscars 2023 Decision to leave représentera la Corée du Sud
Le long-métrage de Park Chan-wook (Mademoiselle), toujours en salles, explore la relation entre un inspecteur de police et la suspecte d’une affaire de meurtre.
Trois mille ans à t'attendre Une épopée de génie
Le retour tant attendu de George Miller, absent des écrans depuis la sortie de Mad Max : Fury Road en 2015, est proche ! Au programme : mystères, légendes et une inventivité visuelle toujours au rendez-vous.
Tout le monde aime Jeanne Une bande-annonce décalée
La comédie pas comme les autres de Céline Devaux, avec Blanche Gardin et Laurent Lafitte, s’offre une première bande-annonce fantasque. En salles dès le 7 septembre !
Ethan Coen Des nouvelles de son prochain film
Après cinq ans d’absence, Ethan Coen reprend du service derrière la caméra pour son premier long-métrage en solo. Au programme ? Une star de Once Upon a Time in Hollywood au casting, et une intrigue mystérieuse…
Jeanne du Barry Ça tourne pour Maïwenn
La réalisatrice de Mon Roi (2015) et Johnny Depp seront les têtes d’affiche de ce film historique, dont le tournage vient tout juste de débuter à Paris.
Le Menu Une exquise bande-annonce
Le nouveau long-métrage du réalisateur Mark Mylod (Succession, Game of Thrones), en salles le 23 novembre prochain, se dévoile dans une généreuse bande-annonce. On en redemande !
Trois mille ans à t'attendre
Une épopée de génie
Le retour tant attendu de George Miller, absent des écrans depuis la sortie de Mad Max : Fury Road en 2015, est proche ! Au programme : mystères, légendes et une inventivit...
Le retour tant attendu de George Miller, absent des écrans depuis la sortie de Mad Max : Fury Road en 2015, est proche ! Au programme : mystères, légendes et une inventivit...
Il y a 1 jour Coulisses
Chronique d'une liaison passagère
Une bande-annonce romantique
La comédie romantique d’Emmanuel Mouret (Les choses dit, les choses qu’on fait), en salles le 14 septembre, se dévoile dans une bande-annonce pleine de légèreté.
La comédie romantique d’Emmanuel Mouret (Les choses dit, les choses qu’on fait), en salles le 14 septembre, se dévoile dans une bande-annonce pleine de légèreté.
Il y a 1 jour Coulisses
Oscars 2023
Decision to leave représentera la Corée du Sud
Le long-métrage de Park Chan-wook (Mademoiselle), toujours en salles, explore la relation entre un inspecteur de police et la suspecte d’une affaire de meurtre.
Le long-métrage de Park Chan-wook (Mademoiselle), toujours en salles, explore la relation entre un inspecteur de police et la suspecte d’une affaire de meurtre.
Il y a 1 jour Toujours à l'affiche
Jeanne du Barry
Ça tourne pour Maïwenn
La réalisatrice de Mon Roi (2015) et Johnny Depp seront les têtes d’affiche de ce film historique, dont le tournage vient tout juste de débuter à Paris.
La réalisatrice de Mon Roi (2015) et Johnny Depp seront les têtes d’affiche de ce film historique, dont le tournage vient tout juste de débuter à Paris.
Il y a 2 jours Coulisses
Sam Mendes
Après la guerre, l’amour
Le réalisateur de Skyfall (2012) et 1917 (2020) revient à ses premiers amours avec Empire of Light, un film romantique qui célèbre la puissance du cinéma.
Le réalisateur de Skyfall (2012) et 1917 (2020) revient à ses premiers amours avec Empire of Light, un film romantique qui célèbre la puissance du cinéma.
Il y a 2 jours Coulisses
Le Menu
Une exquise bande-annonce
Le nouveau long-métrage du réalisateur Mark Mylod (Succession, Game of Thrones), en salles le 23 novembre prochain, se dévoile dans une généreuse bande-annonce. On en redem...
Le nouveau long-métrage du réalisateur Mark Mylod (Succession, Game of Thrones), en salles le 23 novembre prochain, se dévoile dans une généreuse bande-annonce. On en redem...
Il y a 2 jours Coulisses

LICORICE PIZZA
Interview d’Alana Haim, révélation du film

Mais où Paul Thomas Anderson a-t-il déniché cette frimousse atypique et ce caractère bien trempé ? Le réalisateur de Licorice Pizza, aujourd’hui en salles, avait déjà filmé l’interprète principal de son nouveau film dans les clips du groupe folk HAIM, formé par la jeune femme et ses deux sœurs. Téléportée dans l’univers du cinéaste, Alana Haim prouve dès son premier rôle qu’elle est aussi une très grande actrice.

UGC M

Mais où Paul Thomas Anderson a-t-il déniché cette frimousse atypique et ce caractère bien trempé ? Le réalisateur de Licorice Pizza, aujourd’hui en salles, avait déjà filmé l’interprète principal de son nouveau film dans les clips du groupe folk HAIM, formé par la jeune femme et ses deux sœurs. Téléportée dans l’univers du cinéaste, Alana Haim prouve dès son premier rôle qu’elle est aussi une très grande actrice.

LICORICE PIZZA - Interview d’Alana Haim, révélation du film - ILLIMITÉ

Dans une Cité des Anges aux airs de paradis perdu, celui des flamboyantes années 70, deux jeunes gens, Gary Valentine (Cooper Hoffman) et Alana Kane (Alana Haim), se croisent dans les couloirs d’une école. De leur collision naît une vraie complicité et, dans une perpétuelle fuite en avant, les deux comparses vont vivre des aventures surréalistes, comme autant de premières fois enivrantes…

Votre partenaire de jeu Cooper Hoffman et vous êtes au centre du film, quand bien même vous n’aviez jamais tourné auparavant. Où avez-vous puisé l’alchimie qui transparait à l’écran ?

Alana Haim : Cela semble étrange à dire, mais j’ai vraiment l’impression qu’on touche à une forme de magie ! Le film en parle aussi : parfois, sans qu’on le sache, on rencontre par hasard des gens qui vont bouleverser notre vie entière. Avec Cooper, c’est aussi ce qui s’est passé. Alors qu’on s’apprêtait à tourner un clip pour HAIM avec Paul [Thomas Anderson], mes sœurs et moi l’avons rejoint dans la salle de montage où il travaillait sur Phantom Thread (2018). Un gamin de New York traînait là ; c’était Cooper. Paul nous a demandé de l’emmener manger dans un diner et je me souviens qu’il avait une assurance incroyable pour son âge. C’était déjà le Gary Valentine du film ! De nombreux jeunes garçons ont été auditionnés pour Licorice Pizza sans qu’il y ait d’alchimie. Lorsque Paul m’a soufflé : « Que penses-tu de Cooper ? », je me suis immédiatement rappelé de ce moment survenu quelques années plus tôt. C’est apparu comme une évidence : c’était lui.

Vous avez déclaré avoir approché ce projet de la même façon dont vous abordez la musique. Qu’entendez-vous par là ?

Tourner un film, ce n’est pas si éloigné du fait de se produire en concert ! Il y a beaucoup de monde autour de vous, une espèce de chaos, et vous devez faire abstraction de tout ça pour vous concentrer sur votre propre corps. J’adore me trouver dans cette configuration mentale ; on a le trac, des papillons dans le ventre et, d’un coup, il faut aller chercher toute l’énergie qu’on renferme pour la déballer sur scène.

La bande-son, exceptionnelle, nourrit grandement l’atmosphère du film. Que vous inspire-t-elle ?

La bande-son me laisse sans voix ! C’est un condensé des musiques avec lesquelles j’ai grandi. Il y avait une tradition dans la famille Haim : lorsque nous avons fêté nos 16 ans,  âge-pivot dans la vie d’une jeune femme, nos parents nous ont offert une grande boîte remplie des CD qui allaient devenir notre bible musicale pour les années à venir. Je me souviendrai toujours qu’Este, ma sœur aînée, avait reçu la bande-son du Boogie Nights réalisé par Paul [Thomas Anderson] en 1997. À l’époque, j’ai cru que ce CD était une sorte de best-of d’un musicien appelé… Paul Thomas Anderson ! Je n’étais pas encore en âge de regarder son film, mais je trouvais déjà sa compilation musicale fabuleuse ; c’est comme ça que j’ai entendu « Brand New Key » de Melanie (chanteuse pop-folk des années 70, Ndlr) pour la première fois.

Vous êtes née dans la vallée de San Fernando, où se déroule le film, mais à une époque différente. Que fantasmiez-vous de ces années 70 avant de tourner Licorice Pizza ?

Les seventies constituent un incroyable moteur à fantasmes pour moi, étant donné que mes parents avaient la vingtaine dans ces années-là. Si je pouvais remonter le temps et être le témoin d’une seule scène, ce serait sans aucun doute les voir danser ! Bon, je pense qu’ils étaient plus proches de l’époque de Boogie Nights que de celle de Licorice Pizza, à aller au disco tous les soirs (rires). Dans tous les cas, la musique issue des seventies est fantastique. En grandissant, je n’écoutais que ça, d’autant que la vallée de San Fernando n’a pas beaucoup changée entre-temps ; elle change de façon plus rapide aujourd’hui, mais les façades d’immeubles construits dans les années 70 sont encore là. Le plus triste, c’est sans doute le destin de ce diner rétro situé juste à côté de chez moi et qui s’appelait le Du-Par’s. Début 2018, il a fermé pour laisser place à une boutique Sephora… même si l’aspect du bâtiment a été conservé. Reste que la marque de l’époque n’a pas été difficile à retrouver sur le tournage, qui avait quelque chose de très naturel.

Ce sentiment de naturel découle aussi peut-être du fait qu’il s’agissait d’un vrai film familial. Était-ce rassurant de tourner en famille ?

Ce qui est drôle, c’est que Paul [Thomas Anderson] a beau être un immense cinéaste et que j’ai beau avoir intégré sa galaxie de films intemporels, il n’y a rien à faire : sur le tournage, on avait plutôt l’impression de participer à un film de vacances ! Comme si Paul avait emmené une caméra par hasard… (rires). Mes parents et mes sœurs sont dans le film, la mère de Cooper [Hoffman, son partenaire à l’écran] et les enfants de Paul également… Le film nous a appartenu pendant si longtemps et le voilà désormais jeté dans le grand bain, sur les écrans. Je n’en reviens toujours pas d’être assise là à vous en parler…

Alana Haim, Cooper Hoffman – Licorice Pizza | Copyright 2021 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. All Rights Reserved.

LICORICE PIZZA
En salles le
05 janvier 2022