Destins croisés Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 21 septembre : un portrait de femme sensible et touchant, le film culte de James Cameron, un thriller féministe rageur, un hommage psychédélique à David Bowie, et bien d’autres films à découvrir !
Avatar Quand le cinéma crée des planètes
À l’occasion de la sortie du second volet de la saga Avatar le 14 décembre prochain, le film culte de James Cameron est de retour en salles dès ce mercredi 21 septembre. En hommage à la merveilleuse planète Pandora, on vous propose un classement de nos cinq planètes de cinéma préférées. 
Les Enfants des autres Rencontre avec Rebecca Zlotowski
Après avoir brillé dans Revoir Paris (cf. notre entretien), Virginie Efira illumine à nouveau la rentrée dans le nouveau film de Rebecca Zlotowski (Planetarium, Une fille facile), connue pour la richesse et la sensualité de ses héroïnes. L’occasion rêvée pour s’entretenir avec l’une des esthètes du cinéma d’auteur français.
Don't Worry Darling Une furieuse dystopie féministe
Porté par les stars Harry Styles et Florence Pugh, sous le feu des rumeurs les plus folles depuis sa présentation à Venise, le second film d’Olivia Wilde est aussi un thriller féministe et rageur aux nombreuses références.
Les Secrets de mon père L’horreur et la tendresse
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont elle se fait la sublime dépositaire.
Novembre Dans les coulisses de l’horreur
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière inspirée par les événements du 13 novembre.
David Cronenberg The Shrouds se dévoile
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The Shrouds.
The Bastard Un nouveau rôle pour Mads Mikkelsen
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
Couleurs de l'incendie Clovis Cornillac à la barre
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
Knock at the Cabin Le maître du twist a encore frappé
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Une belle course Line Renaud dans le rétro
Le réalisateur Christian Carion (Joyeux Noël) offre à Line Renaud le rôle de sa vie et sublime son amitié indéfectible avec Dany Boon, le tout dans un mélo qui sonde ces histoires intimes nichées dans les rues parisiennes.
Moonage Daydream Bowie sous toutes les coutures
Quand l’univers musical de David Bowie rencontre les possibilités du cinéma, cela donne un « rockumentaire » d’anthologie en forme d’hommage arty à l’un des plus grands artistes du XXe siècle.
Couleurs de l'incendie
Clovis Cornillac à la barre
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
Il y a 2 jours Coulisses
Novembre
Dans les coulisses de l’horreur
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière ...
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière ...
Il y a 2 jours Coulisses
The Bastard
Un nouveau rôle pour Mads Mikkelsen
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
Il y a 2 jours Coulisses
Les Secrets de mon père
L’horreur et la tendresse
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont...
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont...
Il y a 3 jours Cette semaine
Knock at the Cabin
Le maître du twist a encore frappé
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Il y a 3 jours Coulisses
David Cronenberg
The Shrouds se dévoile
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The ...
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The ...
Il y a 3 jours Coulisses

Leila et ses frères
Une tragédie iranienne

Après le polar sous haute tension La Loi de Téhéran (2021), L’Iranien Saeed Roustaee ausculte à nouveau les maux de son pays, cette fois sous la forme d’une stupéfiante fresque familiale aux relents tragiques.

Après le polar sous haute tension La Loi de Téhéran (2021), L’Iranien Saeed Roustaee ausculte à nouveau les maux de son pays, cette fois sous la forme d’une stupéfiante fresque familiale aux relents tragiques.

Leila et ses frères - Une tragédie iranienne

Leila s’est démenée toute sa vie pour ses parents et ses quatre frères. Touchée par une grave crise économique, la famille croule sous les dettes et se déchire au fur et à mesure de leurs désillusions personnelles. Afin de les sortir de cette situation, Leila prévoit d’acheter une boutique pour lancer une affaire avec ses frères. Chacun y met ses économies, mais il leur manque un dernier soutien financier. Mais au même moment, leur père Esmail promet une importante somme d’argent à sa communauté afin d’en devenir le nouveau parrain, la plus haute distinction de la tradition persane…

Sélectionné au dernier Festival de Cannes, Leila et ses frères se vit comme une véritable odyssée iranienne, non pas dans les contrées mythiques explorées par Ulysse mais au cœur d’une société broyée par les inégalités et où les valeurs familiales deviennent un refuge. Mais que faire lorsque l’étau se resserre autour de ce dernier bastion, lorsque les désillusions l’emportent sur l’esprit de solidarité ? Attentif aux problématiques sociétales de son pays, Saeed Roustaee orchestre un magnifique récit-fleuve à partir d’une situation des plus triviales.

Soit la création d’une boutique par une famille en pleine dégression sociale, entreprise rendue titanesque par les peines financières et autres tensions filiales, les unes alimentant les autres… Et si le sujet semble moins haletant que la traque anti-drogue de La Loi de Téhéran, c’est en réalité tout le contraire puisqu’on assiste à une forme chorale, rythmée par une multitude de personnalités et de coups de théâtre.

DES ACCENTS HOLLYWOODIENS

C’est que l’aspect grouillant du film, doublé de ce récit herculéen et de la figure omniprésente du patriarche, un vieil avare sur lequel pèse le destin de la famille, rappelle par endroits la trilogie du Parrain de Francis Ford Coppola. Résolument inspiré par les fresques du Nouvel Hollywood et leurs longues scènes de liesse, films dans lesquels les cinéastes américains n’hésitaient pas à étirer le temps ni à laisser cours à la verve de leurs personnages.

Saeed Roustaee, lui aussi, compose des séquences opératiques ; on pense à une scène de mariage qui confine à l’hypnose, et où la temporalité vacille jusqu’à atteindre une espèce de surréalisme baroque. C’est là tout le talent du cinéaste qui, illustrant des mœurs iraniennes très codifiées (où la notion d’honneur a une part primordiale) et usant d’un sens du cadre exceptionnel, parvient à élaborer une tragédie à la fois universelle et profondément ancrée dans une culture – par ailleurs souvent représentée par des films ancrés dans un réalisme âpre. Roustaee, lui, choisit le romanesque.

Visuels de couverture & illustration : Taraneh Alidoosti – Leila et ses frères | Copyright Amirhossein Shojaei

Leila et ses frères
En salles le
24 août 2022