Mémoire et retrouvailles Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George Clooney, un portrait de femme délicat, et bien d’autres films à découvrir.
Ticket to Paradise 5 comédies qui célèbrent le divorce
Mercredi sort en salles Ticket to Paradise d’Ol Parker, qui fait de Julia Roberts et George Clooney un couple divorcé réunis malgré-eux par le destin… Pour l’occasion, on avait envie de revenir sur cinq films qui traitent, chacun à leur manière, du divorce et de la séparation.
Mascarade Le thriller de Nicolas Bedos se précise
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Novembre Entretien avec Cédric Jimenez
Après l’immense succès de BAC Nord, Cédric Jimenez confirme son statut d’égérie du cinéma d’action français avec un sujet risqué : les attentats qui ont ébranlé Paris en novembre 2015. Il impressionne encore par sa maîtrise de la tension et parvient à un résultat d’une grande dignité. 
The Bikeriders Une star de The Walking Dead au casting
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
La Conspiration du Caire Une bande-annonce sous tension
Le nouveau thriller politique de Tarik Saleh (Le Caire Confidentiel), récompensé du Prix du Scénario à Cannes, sort en salles le 26 octobre prochain.
L'Origine du mal Entretien avec Sébastien Marnier
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabrolien et au casting de feu, dynamitant au passage les fondements de la famille. On l’a rencontré afin qu’il nous livre quelques-uns de ses secrets de cinéma.
Un beau matin Touchée par la grâce
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliquescence de son père et son histoire d’amour naissante.
Yórgos Lánthimos And…action !
Après Mise à mort du cerf sacré (2017) et La Favorite (2018), le réalisateur grec s’entoure une nouvelle fois d’un casting d’exception pour les besoins de son prochain film.
Fumer fait tousser Le sentai de Quentin Dupieux se dévoile
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japonaises, se révèle dans une première bande-annonce qui intrigue.
Boucle temporelle Jeudi soirée culte chez UGC
(Re)découvrez quelques-uns des films qui ont marqué l’histoire du cinéma grâce aux séances UGC Culte ! Au programme des séances d’octobre : l’un des meilleurs opus de la saga James Bond et une comédie existentielle portée par le génial Bill Murray.
The Woman King Afro Amazones
Qui n’a jamais rêvé Viola Davis en guerrière sanguinaire ? C’est le cas dans ce film furieusement afroféministe, qui entérine le retour triomphal de la blaxploitation et exhume l’histoire d’une armée féminine ayant réellement existé en Afrique de l’Ouest.
Octobre cultissime Dimanche soirée culte chez UGC
(Re)découvrez quelques-uns des films qui ont marqué l’histoire du cinéma grâce aux séances UGC Culte ! Au programme des séances d’octobre : un road-movie familial, un chef d’œuvre de science-fiction, une comédie fantastique débridée, une épopée spatiale poignante et un conte philosophique à la puissance visuelle indéniable.
Le Nouveau Jouet Drôle de remake
James Huth remet au goût du jour un classique de la comédie française, dans lequel Jamel Debbouze (Citoyen d’honneur) et Daniel Auteuil (La Belle Époque) succèdent aux incomparables Pierre Richard (La Chèvre) et Michel Bouquet (La mariée était en noir).
Le Sixième enfant Rencontre avec Sara Giraudeau
Déjà à l’affiche de La Page blanche récemment, la gracile Sara Giraudeau – du nom de son illustre père Bernard – réaffirme ses talents dans Le Sixième enfant, un thriller qui ausculte la maternité sous un angle social. Entretien avec l’actrice, qui irradie ce film âpre de son étrangeté naturelle.
L'Origine du mal
Entretien avec Sébastien Marnier
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabro...
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabro...
Il y a 12 heures Cette semaine
Mascarade
Le thriller de Nicolas Bedos se précise
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Il y a 13 heures Coulisses
The Bikeriders
Une star de The Walking Dead au casting
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
Il y a 19 heures Coulisses
Un beau matin
Touchée par la grâce
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliq...
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliq...
Il y a 1 jour Cette semaine
Mémoire et retrouvailles
Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George...
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George...
Il y a 1 jour Cette semaine
Fumer fait tousser
Le sentai de Quentin Dupieux se dévoile
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japon...
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japon...
Il y a 1 jour Coulisses

La Revanche des Crevettes pailletées
Entretien avec son duo de réalisateurs

Après le succès-surprise des Crevettes pailletées, ses réalisateurs Cédric Le Gallo et Maxime Govare remettent le couvert pour une suite haut en couleur et férocement militante, tournée en Ukraine avant son invasion par la Russie. Rencontre avec le duo à l’origine d’un diptyque qui subvertit la comédie française avec brio.

Après le succès-surprise des Crevettes pailletées, ses réalisateurs Cédric Le Gallo et Maxime Govare remettent le couvert pour une suite haut en couleur et férocement militante, tournée en Ukraine avant son invasion par la Russie. Rencontre avec le duo à l’origine d’un diptyque qui subvertit la comédie française avec brio.

La Revanche des Crevettes pailletées - Entretien avec son duo de réalisateurs

Tandis que le premier film dépeignait l’entraînement puis le voyage de l’équipe de water-polo gay des « Crevettes pailletées » pour les Gay Games en Croatie, ce second opus fait s’échouer la joyeuse troupe en territoire hostile. Après avoir raté sa correspondance pour l’édition tokyoïte des Gay Games, la bande se retrouve au fin fond de la Russie, dans un environnement particulièrement homophobe…

LE PREMIER VOLET DES CREVETTES PAILLETÉES A EU UN SUCCÈS POPULAIRE INESPÉRÉ. COMMENT L’EXPLIQUEZ-VOUS ?

Maxime Govare : Je l’ai vécu comme une grande surprise. Les spectateurs s’en sont emparé à bras-le-corps, il a beaucoup voyagé à l’étranger, on nous a invités à Cannes…

Cédric Le Gallo : Pour moi, c’est assez différent. Pour dire vrai, je m’étais projeté dans un succès ; premièrement car j’avais envie de m’adresser au plus grand nombre, tout en souhaitant que la communauté LGBTQ+ s’y retrouve. Dès le départ, on a affiché notre volonté de conquérir un large public. Mais aussi car, en tant que spectateur gay, j’ai bien remarqué qu’il y avait un manque en termes de comédies LGBTQ+. Même aux États-Unis, il y en a finalement assez peu… J’adorais la série Friends plus jeune, et cela m’aurait beaucoup aidé d’y voir une bande de copains dont l’homosexualité n’est pas la cause première de leurs problèmes. Les Crevettes pailletées est également advenu pour combler ce manque.

D’OÙ A GERMÉ L’IDÉE DE POURSUIVRE AVEC UN SECOND VOLET ?

Cédric Le Gallo : Dès la promo du premier ! J’ai fait la couverture d’un numéro spécial de L’Équipe, le premier consacré à l’homophobie dans le sport, avec un de mes camarades de water-polo puisque je joue dans la « vraie » équipe des Crevettes pailletées qui a inspiré le film. Cette Une a fait le tour du monde et, lorsqu’elle est arrivée sur le bureau de la grande patronne d’Universal, cette dernière a appelé son homologue français pour savoir si la suite était en route. Personnellement, j’ai un peu hésité car j’avais l’impression que cela arrivait trop vite. C’est Maxime qui m’a convaincu. Je me suis dit : « On a encore des choses à raconter, et puis ce n’est pas tous les jours qu’on nous déroule le tapis rouge pour parler de thématiques LGBTQ+. » Quelque part, je le devais à ma communauté.

CE PREMIER OPUS EST TRÈS DIFFÉRENT : IL Y A PAR EXEMPLE PEU DE SCÈNES DE SPORT.

Cédric Le Gallo : C’est lié à notre envie de proposer autre chose. On retrouve l’ADN du premier volet avec ses personnages mais, si ce dernier pouvait ressembler à une comédie anglaise de road-trip, le deuxième volet est une comédie d’aventure à la Very Bad Trip. On se joue même des codes de la saga James Bond !

L’ENVIE DE LE SITUER EN EUROPE DE L’EST EST-ELLE ARRIVÉE RAPIDEMENT ?

Maxime Govare : Si le premier film raconte l’histoire d’un homophobe chez les homosexuels, on avait cette fois envie de parachuter les homosexuels chez les homophobes. On s’est demandé quel pays incarnait cela dans l’inconscient collectif. On a pitché à notre producteur : « Et si c’était les Crevettes en Russie ? » Lorsqu’on a vu la peur sur son visage, c’était plié. Cela nous permettait aussi de changer de climat, un peu comme dans Les Bronzés ! (Rires.)

VOUS ÊTES UN DUO DE RÉALISATEURS. COMMENT FONCTIONNEZ-VOUS SUR UN TOURNAGE ?

Maxime Govare : Sur un film où il y a autant de comédiens, de décors, etc., le fait d’être deux est un réel avantage. On a composé un casting pluriel avec des personnalités différentes ; certains viennent du cinéma, de la série, du cabaret, du théâtre… Nos deux sensibilités divergent également, donc cela apporte un aspect colonie de vacances au tournage. (Rires.)

Cédric Le Gallo : Puisqu’on demande aux acteurs d’incarner un groupe joyeux et bordélique, il faut que la mayonnaise prenne entre eux hors caméra ! Alors bien sûr, tout cela n’est que du cinéma mais il s’avère que certains sont réellement devenus amis et partent en vacances ensemble. J’ai l’impression que leur complicité se ressent à l’écran.

LE PERSONNAGE DE SÉLIM, QUI A UN RAPPORT CONFLICTUEL À SA SEXUALITÉ, EST TRES RÉUSSI. COMMENT L’AVEZ-VOUS PENSÉ ?

Cédric Le Gallo : À travers ce personnage, on souhaitait raconter l’homophobie qu’on s’impose à soi-même comme celle qui sévit parfois en banlieue. Si le film se déroule à l’étranger, Sélim embarque avec lui son passif de jeune homme de cité qui ne parvient pas à s’assumer. D’autant plus que sa physicalité charrie d’autres archétypes ; c’est un personnage singulier.

LA QUESTION DE LA DISSIMULATION ET DES MASQUES ÉTAIT DÉJÀ PRÉSENTE DANS LE PREMIER VOLET, MAIS ON A L’IMPRESSION QUE VOUS ALLEZ ENCORE PLUS LOIN DANS LE BROUILLAGE DES PISTES…

Cédric Le Gallo : Les Crevettes se mentent effectivement entre elles, chacune a son secret… Même Mathias, le coach homophobe dans le premier volet, a fait du chemin ! Il n’a pas pour autant changé d’orientation sexuelle, mais il a complètement embrassé cette cause et c’est lui qui fédère les autres. C’est cette ouverture d’esprit qui lui fait ouvrir les yeux sur une possible relation avec le personnage de Fred…

POUR ABORDER LA BRÛLANTE ACTUALITÉ, VOUS AVEZ TOURNÉ LE FILM EN UKRAINE, AVANT QUE LA GUERRE N’ÉCLATE. QUEL PARALLÈLE FAITES-VOUS ENTRE CE QU’IL S’Y PASSE ET VOTRE FILM ?

Maxime Govare : Le discours sur la liberté. Si le macho Poutine a toujours combattu la communauté LGBTQ+, c’est précisément parce qu’il combat la liberté individuelle. C’est l’une des raisons de la guerre qu’il mène en Ukraine ; il a peur que l’occidentalisation du pays contamine la Russie. La capacité de l’Occident à laisser les gens disposer d’eux-mêmes l’effraie. Le film s’est par ailleurs tourné en Ukraine, puisque les lois russes interdisent ne serait-ce que de réaliser un film avec des personnages LGBTQ+. L’Ukraine nous a ouvert les bras et nous a permis de réaliser ce second volet. C’est aussi une terre de cinéma ; à l’époque de l’URSS, Kyiv était déjà une capitale de l’audiovisuel. Ils sont techniquement très bons.

Cédric Le Gallo : Pour nous, faire ce film est aussi une manière de célébrer la liberté. Vladimir Poutine ne veut pas qu’on rigole, donc il était d’autant plus important qu’on se moque de cette oppression russe. On a la liberté de le faire, profitons-en ! Le cinéma français le fait d’ailleurs trop peu ; les comédies légères portent souvent sur des sujets légers, or je trouve plus intéressant de rire de sujets graves. Prenez le récent Don’t Look Up d’Adam McKay, qui parle d’écologie. Cela pourrait être barbant, mais c’est abordé avec un sens du burlesque et une dérision incroyables.

AVEZ-VOUS D’AUTRES PROJETS ?

Cédric Le Gallo : Une comédie sur… le suicide assisté ! (Rires.) Je développe également une série autour d’un cabaret de travestis sous l’Occupation nazie à Montmartre ; c’est inspiré d’un endroit qui a réellement existé, un lieu détonant où se côtoyaient nazis, collabos, résistants, artistes, etc. Il y aura beaucoup de paillettes et des missions secrètes. (Rires.)

Visuels de couverture  & illustration :  La Revanche des Crevettes Pailletées – Cédric Le Gallo et Maxime Govare / Copyright Cyril Masson

La Revanche des Crevettes pailletées
En salles le
13 avril 2022