Mémoire et retrouvailles Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George Clooney, un portrait de femme délicat, et bien d’autres films à découvrir.
Ticket to Paradise 5 comédies qui célèbrent le divorce
Mercredi sort en salles Ticket to Paradise d’Ol Parker, qui fait de Julia Roberts et George Clooney un couple divorcé réunis malgré-eux par le destin… Pour l’occasion, on avait envie de revenir sur cinq films qui traitent, chacun à leur manière, du divorce et de la séparation.
Mascarade Le thriller de Nicolas Bedos se précise
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Novembre Entretien avec Cédric Jimenez
Après l’immense succès de BAC Nord, Cédric Jimenez confirme son statut d’égérie du cinéma d’action français avec un sujet risqué : les attentats qui ont ébranlé Paris en novembre 2015. Il impressionne encore par sa maîtrise de la tension et parvient à un résultat d’une grande dignité. 
The Bikeriders Une star de The Walking Dead au casting
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
La Conspiration du Caire Une bande-annonce sous tension
Le nouveau thriller politique de Tarik Saleh (Le Caire Confidentiel), récompensé du Prix du Scénario à Cannes, sort en salles le 26 octobre prochain.
L'Origine du mal Entretien avec Sébastien Marnier
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabrolien et au casting de feu, dynamitant au passage les fondements de la famille. On l’a rencontré afin qu’il nous livre quelques-uns de ses secrets de cinéma.
Un beau matin Touchée par la grâce
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliquescence de son père et son histoire d’amour naissante.
Yórgos Lánthimos And…action !
Après Mise à mort du cerf sacré (2017) et La Favorite (2018), le réalisateur grec s’entoure une nouvelle fois d’un casting d’exception pour les besoins de son prochain film.
Fumer fait tousser Le sentai de Quentin Dupieux se dévoile
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japonaises, se révèle dans une première bande-annonce qui intrigue.
Boucle temporelle Jeudi soirée culte chez UGC
(Re)découvrez quelques-uns des films qui ont marqué l’histoire du cinéma grâce aux séances UGC Culte ! Au programme des séances d’octobre : l’un des meilleurs opus de la saga James Bond et une comédie existentielle portée par le génial Bill Murray.
The Woman King Afro Amazones
Qui n’a jamais rêvé Viola Davis en guerrière sanguinaire ? C’est le cas dans ce film furieusement afroféministe, qui entérine le retour triomphal de la blaxploitation et exhume l’histoire d’une armée féminine ayant réellement existé en Afrique de l’Ouest.
Octobre cultissime Dimanche soirée culte chez UGC
(Re)découvrez quelques-uns des films qui ont marqué l’histoire du cinéma grâce aux séances UGC Culte ! Au programme des séances d’octobre : un road-movie familial, un chef d’œuvre de science-fiction, une comédie fantastique débridée, une épopée spatiale poignante et un conte philosophique à la puissance visuelle indéniable.
Le Nouveau Jouet Drôle de remake
James Huth remet au goût du jour un classique de la comédie française, dans lequel Jamel Debbouze (Citoyen d’honneur) et Daniel Auteuil (La Belle Époque) succèdent aux incomparables Pierre Richard (La Chèvre) et Michel Bouquet (La mariée était en noir).
Le Sixième enfant Rencontre avec Sara Giraudeau
Déjà à l’affiche de La Page blanche récemment, la gracile Sara Giraudeau – du nom de son illustre père Bernard – réaffirme ses talents dans Le Sixième enfant, un thriller qui ausculte la maternité sous un angle social. Entretien avec l’actrice, qui irradie ce film âpre de son étrangeté naturelle.
L'Origine du mal
Entretien avec Sébastien Marnier
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabro...
Le réalisateur nous avait bluffés avec L’Heure de la sortie (2019) ; il réitère l’exploit avec ce film intrigant, qui s’affiche comme une expérience-limite au parfum chabro...
Il y a 12 heures Cette semaine
Mascarade
Le thriller de Nicolas Bedos se précise
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Le quatrième long-métrage de Nicolas Bedos (La Belle Époque), en salles le 1er novembre, se dévoile dans un trailer suffocant. 
Il y a 14 heures Coulisses
The Bikeriders
Une star de The Walking Dead au casting
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
Norman Reedus, l’interprète de Daryl Dixon, rejoint le casting du prochain film de Jeff Nichols (Take Shelter) centré sur un groupe de bikers dans les années 60.
Il y a 19 heures Coulisses
Un beau matin
Touchée par la grâce
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliq...
Devant la caméra de la sensible Mia Hansen-Løve, Léa Seydoux irradie dans un rôle plus intimiste qu’à l’accoutumée, où elle incarne une trentenaire écartelée entre la déliq...
Il y a 1 jour Cette semaine
Mémoire et retrouvailles
Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George...
Au programme des sorties du 5 octobre : une plongée sous tension dans les attentats de 2015, une sombre histoire de famille, les retrouvailles entre Julia Roberts et George...
Il y a 1 jour Cette semaine
Fumer fait tousser
Le sentai de Quentin Dupieux se dévoile
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japon...
Présentée en Séance de Minuit lors de la 75e édition du Festival de Cannes, la nouvelle fantaisie de Quentin Dupieux (Rubber, Le Daim), inspirée des séries télévisées japon...
Il y a 1 jour Coulisses

Kill Bill : Volume 2
Une suite renversante

Étonnante suite que ce film dont Quentin Tarantino n’a cessé de dire qu’il ne s’inspirait pas de la réalité mais du cinéma. Kill Bill : Volume 2 (2004) s’inscrit comme un deuxième épisode très différent du premier – mais qui lui donne tout son sens. À redécouvrir sur grand écran dans les cinémas UGC.

UGC Culte

Étonnante suite que ce film dont Quentin Tarantino n’a cessé de dire qu’il ne s’inspirait pas de la réalité mais du cinéma. Kill Bill : Volume 2 (2004) s’inscrit comme un deuxième épisode très différent du premier – mais qui lui donne tout son sens. À redécouvrir sur grand écran dans les cinémas UGC.

Kill Bill : Vol 2 - Une suite renversante

Dès le générique, la différence entre le premier et le second volume de Kill Bill s’affiche sans équivoque : le logo des Shaw Brothers, de Hong Kong, pour le premier épisode, des images en noir et blanc et une typographie évoquant les classiques hollywoodiens des années 40 pour le deuxième. Bien sûr, Quentin Tarantino continue à brasser les styles, les genres, les tons, les rythmes (et les chapitres de son histoire !), mais là où il rendait hommage aux films de Kung-fu et de sabre, il s’inspire davantage ici des westerns spaghettis tout aussi chers à son cœur, reprenant même à son compte quelques airs d’Ennio Morricone. Là où il privilégiait l’action et les combats, il met surtout en avant (même s’il s’offre encore le plaisir de quelques affrontements fulgurants au sabre, dont celui entre Uma Thurman et Daryl Hannah) les longues scènes de dialogues, l’évolution des personnages, et donc la prestation des acteurs, retrouvant même au passage une mélancolie sourde qui avait fait le sel de Jackie Brown

C’est Harvey Weinstein, alors patron de Miramax, qui devant l’ampleur – et la réussite – du projet fou de Tarantino, estime à l’été 2003 qu’il est préférable, plutôt que de couper Kill Bill à une longueur raisonnable, d’en faire deux films. Idée que le réalisateur avait lui-même eue au moment de l’écriture sans oser la formuler. « Dès que la décision a été prise, dit Tarantino, j’ai su comment procéder en l’espace de deux heures ». Se pose véritablement pour lui la question de savoir comment terminer le Volume 1 tout en annonçant le Volume 2. C’est une remarque d’Eve Chilton, l’épouse d’Harvey Weinstein, « Je serais plus intriguée si je savais ce qui allait se passer », qui lui donne l’idée de terminer le Volume 1 sur une révélation de Bill qui annonce que la fille de la mariée est encore en vie…

L’envie secrète de raconter une grande histoire d’amour

Lorsque le Volume 2 débute, il reste donc à la mariée trois de ses agresseurs à retrouver et à tuer, et surtout le fameux Bill, le chef de la bande, celui qui lui a tiré une balle dans la tête, le père de sa fille… Tout le film est porté par la promesse de cette confrontation finale que Tarantino, en prenant son temps, en suivant des chemins de traverse, en s’arrêtant pour donner plus de profondeur à tel ou tel personnage, nous fait désirer davantage encore. Et cette scène est sans doute l’une des plus belles jamais tournées par Tarantino, par sa simplicité, sa grave intensité et surtout par cette émotion soudaine que le réalisateur fait naître, et qui est d’autant plus forte qu’elle a été précédée par de brillants et ludiques feux d’artifice. Comme si, au-delà de l’exercice de style, au-delà du plaisir pur du cinéma, il y avait l’envie secrète de raconter une grande et belle histoire d’amour.

Tarantino prouve aussi, encore une fois, à quel point il est un excellent directeur d’acteurs. La voix grave, le visage marqué et le regard délavé, David Carradine, le héros de Kung Fu, la célébrissime série des années 70, livre ici avec ce personnage de Bill (dont on n’entendait que la voix et dont on ne voyait que les mains dans le premier épisode) la plus belle performance de toute sa carrière. Quant à Uma Thurman, mariée vengeresse dont la beauté, la détermination et l’énergie électrisent tout le film, du premier au deuxième épisode, de la première à la dernière image, elle donne vie avec une évidence confondante à l’un des personnages de femme les plus époustouflants qu’on ait vu à l’écran. « Grâce à elle, dit Tarantino, le film a toujours un cœur humain qui bat… ». Et une fois de plus, il a raison.

Kill Bill : Volume 2 est proposé dans plusieurs salles du réseau UGC les jeudis 3 et 10 mars.

Visuel de couverture : Kill Bill – Vol 2 | Copyright TFM Distribution

Kill Bill : Volume 2
En salles le
17 mai 2004