Destins croisés Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 21 septembre : un portrait de femme sensible et touchant, le film culte de James Cameron, un thriller féministe rageur, un hommage psychédélique à David Bowie, et bien d’autres films à découvrir !
Avatar Quand le cinéma crée des planètes
À l’occasion de la sortie du second volet de la saga Avatar le 14 décembre prochain, le film culte de James Cameron est de retour en salles dès ce mercredi 21 septembre. En hommage à la merveilleuse planète Pandora, on vous propose un classement de nos cinq planètes de cinéma préférées. 
Les Enfants des autres Rencontre avec Rebecca Zlotowski
Après avoir brillé dans Revoir Paris (cf. notre entretien), Virginie Efira illumine à nouveau la rentrée dans le nouveau film de Rebecca Zlotowski (Planetarium, Une fille facile), connue pour la richesse et la sensualité de ses héroïnes. L’occasion rêvée pour s’entretenir avec l’une des esthètes du cinéma d’auteur français.
Don't Worry Darling Une furieuse dystopie féministe
Porté par les stars Harry Styles et Florence Pugh, sous le feu des rumeurs les plus folles depuis sa présentation à Venise, le second film d’Olivia Wilde est aussi un thriller féministe et rageur aux nombreuses références.
Les Secrets de mon père L’horreur et la tendresse
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont elle se fait la sublime dépositaire.
Novembre Dans les coulisses de l’horreur
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière inspirée par les événements du 13 novembre.
David Cronenberg The Shrouds se dévoile
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The Shrouds.
The Bastard Un nouveau rôle pour Mads Mikkelsen
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
Couleurs de l'incendie Clovis Cornillac à la barre
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
Knock at the Cabin Le maître du twist a encore frappé
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Une belle course Line Renaud dans le rétro
Le réalisateur Christian Carion (Joyeux Noël) offre à Line Renaud le rôle de sa vie et sublime son amitié indéfectible avec Dany Boon, le tout dans un mélo qui sonde ces histoires intimes nichées dans les rues parisiennes.
Moonage Daydream Bowie sous toutes les coutures
Quand l’univers musical de David Bowie rencontre les possibilités du cinéma, cela donne un « rockumentaire » d’anthologie en forme d’hommage arty à l’un des plus grands artistes du XXe siècle.
Couleurs de l'incendie
Clovis Cornillac à la barre
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
Il y a 2 jours Coulisses
Novembre
Dans les coulisses de l’horreur
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière ...
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière ...
Il y a 2 jours Coulisses
The Bastard
Un nouveau rôle pour Mads Mikkelsen
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
Il y a 2 jours Coulisses
Les Secrets de mon père
L’horreur et la tendresse
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont...
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont...
Il y a 3 jours Cette semaine
Knock at the Cabin
Le maître du twist a encore frappé
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Il y a 3 jours Coulisses
David Cronenberg
The Shrouds se dévoile
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The ...
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The ...
Il y a 3 jours Coulisses

Kill Bill : volume 1
Jeu de massacre

Le quatrième film de Quentin Tarantino, une histoire de vengeance écrite pour Uma Thurman, est sa déclaration d’amour au cinéma de genre, plus exactement à tous les cinémas de genre. À voir ou revoir en séance UGC Culte le jeudi 24 février.

UGC Culte

Le quatrième film de Quentin Tarantino, une histoire de vengeance écrite pour Uma Thurman, est sa déclaration d’amour au cinéma de genre, plus exactement à tous les cinémas de genre. À voir ou revoir en séance UGC Culte le jeudi 24 février.

Kill Bill : Vol 1 - Jeu de massacre

Six ans séparent Kill Bill de Jackie Brown, sorti en 1997. À Hollywood, on commence à dire que le triomphe de Pulp Fiction lui est monté à la tête et qu’il a perdu l’inspiration. Les rumeurs redoublent…

Au printemps 2000, dans une fête organisée par Miramax, Tarantino discute avec Uma Thurman de cette histoire de vengeance féminine qu’ils avaient esquissée sur Pulp Fiction. Il lui promet de lui envoyer un scénario pour ses 30 ans, dans les quinze jours. Elle recevra bien le scénario mais… un an et trois mois plus tard !

L’histoire d’une tueuse professionnelle que son ancien employeur (le Bill du titre) croit laisser pour morte le jour de son mariage, mais qui, sortant du coma quatre ans plus tard, cherche à éliminer ses agresseurs l’un après l’autre. Le scénario ravit l’actrice, mais elle est enceinte. Tarantino décide de l’attendre comme, dit-il, « Sternberg aurait attendu Marlene Dietrich ».

Alors que Jackie Brown, plus mature, plus émouvant et moins cynique, semblait marquer un virage dans sa carrière, Tarantino a en fait choisi – à cause de son demi-échec public ? – de plonger à corps perdu dans ces films de combats asiatiques qu’il adore, et de réaliser « un grand film d’action » avec des scènes hallucinantes qu’il veut diriger lui-même – celle où Uma Thurman affronte 88 gardes du corps nécessitera huit semaines de tournage !

Pour être au plus près de son rêve de cinéma, Tarantino compose, comme à son habitude, un casting en béton (Lucy Liu, Vivica A. Fox, Daryl Hannah, David Carradine, Michael Madsen…), tourne aussi en Chine et au Japon, puis fait appel à des maîtres en arts martiaux et… en animation, puisqu’il a aussi prévu une séquence animée – mais sur un air d’harmonica, merci Ennio Morricone ! Prévu pour 89 jours et 39 millions de dollars, le tournage en durera finalement 155 et atteindra les 55 millions.

Deux films pour le prix d’un

Le résultat est cependant si spectaculaire que Miramax décide d’en faire deux films de deux heures environ ; le premier sort à l’automne 2003, le second au printemps 2004. Dans ce premier volume à la B.O. évidemment géniale, Tarantino fait feu de tout bois tout en restant lui-même : ce ne sont pas seulement les méchants qu’il décapite, c’est aussi à la grammaire traditionnelle, aux conventions et au « cinématographiquement correct » qu’il règle ses comptes.
Avec une stupéfiante maîtrise, il mélange les genres, les tons, les formats, les styles, les émotions (et même les chapitres de son histoire !), et surtout il raconte scène après scène que le cinéaste brillant qu’il est devenu n’a rien oublié de son bonheur lorsqu’il dévorait, jeune homme, les films de Hong-Kong, d’Italie ou d’ailleurs.

Il n’a qu’un objectif : partager cette jubilation avec le spectateur, lequel éprouve un sentiment rare et délicieux, celui d’être à la fois plongé dans une histoire passionnante et de ne jamais oublier qu’il est au cinéma. D’ailleurs, l’étonnante révélation à la fin du film vous donnera assurément l’envie de voir la suite…

 

Texte de Jean-Pierre Lavoignat – Visuels de couverture  & illustration : Uma Thurman – kill Bill Vol 1 | Copyright TFM Distribution

Kill Bill : volume 1
En salles le
26 novembre 2003