Destins croisés Cette semaine chez UGC
Au programme des sorties du 21 septembre : un portrait de femme sensible et touchant, le film culte de James Cameron, un thriller féministe rageur, un hommage psychédélique à David Bowie, et bien d’autres films à découvrir !
Avatar Quand le cinéma crée des planètes
À l’occasion de la sortie du second volet de la saga Avatar le 14 décembre prochain, le film culte de James Cameron est de retour en salles dès ce mercredi 21 septembre. En hommage à la merveilleuse planète Pandora, on vous propose un classement de nos cinq planètes de cinéma préférées. 
Les Enfants des autres Rencontre avec Rebecca Zlotowski
Après avoir brillé dans Revoir Paris (cf. notre entretien), Virginie Efira illumine à nouveau la rentrée dans le nouveau film de Rebecca Zlotowski (Planetarium, Une fille facile), connue pour la richesse et la sensualité de ses héroïnes. L’occasion rêvée pour s’entretenir avec l’une des esthètes du cinéma d’auteur français.
Don't Worry Darling Une furieuse dystopie féministe
Porté par les stars Harry Styles et Florence Pugh, sous le feu des rumeurs les plus folles depuis sa présentation à Venise, le second film d’Olivia Wilde est aussi un thriller féministe et rageur aux nombreuses références.
Les Secrets de mon père L’horreur et la tendresse
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont elle se fait la sublime dépositaire.
Novembre Dans les coulisses de l’horreur
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière inspirée par les événements du 13 novembre.
David Cronenberg The Shrouds se dévoile
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The Shrouds.
The Bastard Un nouveau rôle pour Mads Mikkelsen
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
Couleurs de l'incendie Clovis Cornillac à la barre
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
Knock at the Cabin Le maître du twist a encore frappé
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Une belle course Line Renaud dans le rétro
Le réalisateur Christian Carion (Joyeux Noël) offre à Line Renaud le rôle de sa vie et sublime son amitié indéfectible avec Dany Boon, le tout dans un mélo qui sonde ces histoires intimes nichées dans les rues parisiennes.
Moonage Daydream Bowie sous toutes les coutures
Quand l’univers musical de David Bowie rencontre les possibilités du cinéma, cela donne un « rockumentaire » d’anthologie en forme d’hommage arty à l’un des plus grands artistes du XXe siècle.
Couleurs de l'incendie
Clovis Cornillac à la barre
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
L’acteur/réalisateur est aux commandes de cette nouvelle adaptation de l’œuvre du romancier Pierre Lemaître portée par Léa Drucker.
Il y a 2 jours Coulisses
Novembre
Dans les coulisses de l’horreur
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière ...
Le nouveau long-métrage de Cédric Jimenez, en salles le 5 octobre, réunit Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain, Anaïs Demoustier et Jérémie Renier dans une intrigue policière ...
Il y a 2 jours Coulisses
The Bastard
Un nouveau rôle pour Mads Mikkelsen
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
L’interprète de Gellert Grindelwald sera prochainement à l’affiche de ce film historique danois réalisé par Nikolaj Arcel (La Tour Sombre).
Il y a 2 jours Coulisses
Les Secrets de mon père
L’horreur et la tendresse
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont...
Ce film d’animation sur les années qui ont succédé à la Shoah permet à sa réalisatrice Véra Belmont (Survivre avec les loups), âgée de 90 ans, de raconter une histoire dont...
Il y a 3 jours Cette semaine
Knock at the Cabin
Le maître du twist a encore frappé
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Jonathan Groff (Matrix Resurrections) et Ben Aldridge (Fleabag) sont aux prises d’une inquiétante communauté dans le trailer du prochain film de M. Night Shyamalan.
Il y a 3 jours Coulisses
David Cronenberg
The Shrouds se dévoile
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The ...
Après Les Crimes du Futur, qui marquait son retour après près d’une décennie d’absence, le réalisateur canadien dirigera deux grands noms du cinéma français dans The ...
Il y a 3 jours Coulisses

Don't Worry Darling
Une furieuse dystopie féministe

Porté par les stars Harry Styles et Florence Pugh, sous le feu des rumeurs les plus folles depuis sa présentation à Venise, le second film d’Olivia Wilde est aussi un thriller féministe et rageur aux nombreuses références.

Porté par les stars Harry Styles et Florence Pugh, sous le feu des rumeurs les plus folles depuis sa présentation à Venise, le second film d’Olivia Wilde est aussi un thriller féministe et rageur aux nombreuses références.

Don't Worry Darling - Une furieuse dystopie féministe

Jeune couple idyllique, Jack (Harry Styles) et Alice (Florence Pugh) vivent dans une élégante maison fifties en plein désert californien. Ils ont élu domicile au cœur d’un quartier expérimental baptisé le Victory Project, censé garantir à ses habitants une vie de rêve qui passe par un retour aux valeurs patriarcales. Mais peu à peu, Alice doute de la sincérité de son mari comme de ses voisins : quelque chose ne tourne pas rond…

Récemment passée derrière la caméra, l’actrice Olivia Wilde (Tron : L’Héritage) signe un second film ambitieux en forme de thriller féministe, inspiré par l’esthétique vintage de l’American way of life. On y assiste ainsi à la vie très normée d’un couple-pilote, parfait représentant du conformisme américain tel que popularisé dans les années 50 : un mari en costard élégant qui travaille beaucoup, une femme (au foyer) apprêtée et soumise aux tâches ménagères.

C’est que le fameux « Victory Project » est, à l’échelle d’un quartier perdu en plein désert, l’illustration de fantasmes revenus sur le devant de la scène politique : soit un retour aux valeurs du passé, à « l’ordre naturel » pour préserver une civilisation sur le déclin – d’après Olivia Wilde, le film s’inspire de l’idéologie conservatrice de Jordan Peterson. La cinéaste s’engouffre dans la brèche et adopte alors le point de vue des femmes de Victory, satisfaites du statut qu’on leur assigne, confortables dans la prison dorée qui leur sert de maison. Et si l’une d’entre elles commençait à prendre du recul ?

LE JEU DES RÉFÉRENCES

Un univers rutilant et artificiel, des individus robotisés, une vérité enfouie : il est aisé de repérer les références à la saga Matrix dans Don’t Worry Darling, où il s’agit de remettre en question son environnement comme de s’émanciper d’un système en vase clos. Le film emprunte largement au roman de science-fiction féministe Les Femmes de Stepford (1972), déjà adapté deux fois au cinéma, glaçant dans sa description d’une société de femmes lobotomisées en parfaites ménagères.

Force est de constater que le sujet n’a pas pris une ride, à une époque où les Américaines sont sommées de retourner en cuisine et de ne surtout pas avorter. Le féminisme serait-il un combat atemporel ? Avec malice, Olivia Wilde actualise ainsi l’imagerie publicitaire des fifties et la tension hitchcockienne de La Mort aux trousses (1959) pour un cocktail explosif qui entend revisiter l’histoire du cinéma comme celle des femmes. À ce jeu-là, Florence Pugh y est d’ailleurs exceptionnelle : d’une éclatante modernité, elle contraste avec cet univers décidément trop petit pour elle.

À découvrir en salle dès le 21 septembre !

Visuels de couverture & illustration : Harry Styles, Florence Pugh – Don’t Worry Darling | Copyright 2022 Warner Bros. Entainment Inc. All rights reserved.

Don't Worry Darling
En salles le
21 septembre 2022